Vous êtes ici :   Accueil » Les pasteurs alsaciens-mosellans
 
    Imprimer la page...
 

 Les pasteurs alsaciens-mosellans

Les pasteurs alsaciens-mosellans entre 1940 et 1945

Pour l'écrivain Paul Claudel, la " crainte de l'adjectif est le commencement du style ".

Au contraire, la disqualification ne s'embarrasse guère de nuances. Dans les éditions des Dernières Nouvelles d’Alsace du 16 décembre 2023, le rédacteur de l'article rendant compte du colloque organisé par l’Union des Églises Protestantes d’Alsace et de Lorraine (UEPAL) au sujet du " protestantisme et les pasteurs alsaciens-mosellans entre 1940 et 1945 ", jette immédiatement l'opprobre sur la vie et l’œuvre du Pasteur Albert Huck, et par la même occasion, sur l'auteur de la communication qui lui fut consacrée, Pierre Bieber.

Aussi, m'est-il apparu nécessaire de confronter ces affirmations au contenu de la communication rapportée.

A titre liminaire, il convient de rappeler que l'organisation d’un tel colloque est à mettre au crédit du conseil de l’UEPAL, sur l'initiative du président Albecker. Une telle entreprise s’inscrit dans la lignée du travail de mémoire engagé par l’Eglise du Palatinat.

D'emblée, pour entourer l’évocation du parcours du Pasteur Huck d'un halo de suspicion, l'hydre du pangermanisme est agitée, sans autre précision. L'utilisation d'un mot “ repoussoir “ a manifestement pour fonction de rendre vain tout débat. S’érigeant en juge, l’auteur de l’article indique avoir été " surpris " d’entendre Pierre Bieber tenter de réhabiliter le Pasteur Huck. Les abonnés des DNA auront probablement été tout autant surpris d’apprendre que le Pasteur Weckel, auteur du pamphlet " ces protestants alsaciens qui ont acclamé Hitler " , n’a pas daigné participer à ce colloque, alors même qu’il est au nombre des protagonistes du débat au programme dudit colloque. Nous serions curieux de savoir à l’aune de quel critère est appréciée la légitimité de la participation d’un auteur aux discussions. A l’évidence, pour l’auteur de l’article du quotidien régional, rapportant les propos de Michel Weckel à propos de Pierre Bieber, la seule qualité “ de membre du bureau de la fondation pangermaniste Hermann Niermann “ suffit à le disqualifier.

Par-delà ces postures de juge de la moralité, revenons-en à la vie du Pasteur Huck.

Jean Faivre

Extraits, voir l’article au complet dans notre revue « D’Heimet 251 » Page 8


Date de création : 01/02/2024 18:15
Catégorie : - Jean FAIVRE
Page lue 139 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !