Vous êtes ici :   Accueil » Friehjohr » Printemps
 
    Imprimer la page...
 

Friehjohr - Printemps

Friehjohr

M’r sotte, m’r wotte, m’r mächte… soo griwelts ùn gràwelts in de Seel von viele Elsasser. Trotz àllem, ìsch de Schwùng, wü ìn ùnsere Sproch wìdder e feschter Sìtz in de Bevölkerùng vom Landel müess brìnge, noch züe làhm. Mìr wàlte àlli mìt viel Rùcksìcht ùn züe wenig Ìwwersìcht. Wohar komme dann die viele Hämmùnge, derf m’r sìch fröje. Worùm blibt der Kàmpf fìr e Ereignis, wü d Gschìcht, d Tràditione, s Kulturgebiet ùn d Wìrtschàftsverhàndlùnge einig känne fìnde, ìmmer noch e so schwar ùn fìr viele hoffnùngslos ? Wieso müen mìr ùns àls widderschd, ùn sùgàr àls meh fìr ùnseri Lawesgerachtigkeite währe, trotz àlle Projekte, Versprache ùn Initiative ? Àwer wàs nùtzt schliessli die gànz Fröjerei ? Wer hät ùns de Zwiefelwùrm in de Christkìndeläpfel gelàde ? Ìmmer noch die salwe, die wü sìch noch wajem e « tilde » - « ~ », dìs kleine Wìrschtele, wü doo im Bàskelànd ken Hämmùng meh trìfft, ùn wü dort, il viele àndere Ort ùn Provinze züe Gerìchtsprozass fiert! Ùns wùrd àls von « unité nationale » – Nàtionàlglichgìldigkeit - geprädigt ! E Wìrschtle, e Bandele oder e Platzele brìnge e Volik ùm, ùn dewilscht ware Fald ùn Màtte vergìft, d Mensche sogar, dewilscht müen d Büre im gànze Europa e Kàmpf fiere, dàss ìhri Àrweit racht wìrdig bezàhlt wùrd ; dewilscht vegeht e Sproch wie mànschi ùnterdrùcke, wie ànderi plàttwàlze. Ànderi noch spàlte sie dàss d Fatze in àlle Hìmmelsrìchtùnge flièje. Doo sott m’r sìch emol einige, dàss sìch kenner e ejes roots Reckele debie kànn verdiene.

Mìt de güete Bschlìss von de CEA sotte m’r vorwartz komme. E Friehjohr fìr ùnseri Sproch soll jetz noch e mol e soo scheen ùn noch scheener blièhje, àwer ùf Elsasserditsch, wann ‘s beliebt!

R.M.

Printemps

Nous devrions, nous voudrions, nous voulonstaraude l’âme de nombreux Alsaciens. Malgré tout, l’enthousiasme réel et concret pour que notre langue retrouve une réalité sociale de communications, reste trop mou. Nous avançons souvent avec trop d’appréhensions, de respect à l’égard de ceux qui ne respectent rien de nos spécificités et identité. D’où viennent donc toutes ces difficultés que nous affrontons en nos combats, là où d’aucuns se résignent à l’abandon de tout espoir de réussite ? Est-il acceptable qu’il nous faille nous mobiliser toujours encore et de plus en plus pour obtenir nos droits fondamentaux de transmettre notre langue et notre culture ? A quoi bon ruminer de tels questionnements ? Qui donc permet à certains venins de pourrir les fruits de notre jardin pour en faire des pommes de discorde ? Sans aucun doute ceux même qui mènent l’opposition au « tilde » - « ~ » dans l’Etat-Civil jusqu’à un problème d’ordre national, alors que toléré en pays basque, mais sujet à une procédure judiciaire en d’autres provinces ? Vive l’unité nationale !!! Rien qu’un petit signe sur une consonne qui fait dissonance au même titre qu’une distinction méritoire, un avancement dans les ors de la nation… Et pendant ce temps, les champs agricoles sont toujours abreuvés de poisons, les humains également ; pendant ce temps nos paysans luttent pour une juste valorisation de leur travail. Pendant ce temps certains jouent à la déconstruction de nos cultures, vont jusqu’à semer la zizanie là où la moindre faille pourrait apparaître. Il est temps d’aller ensemble au but.

Les engagements de la CEA devraient nous donner de quoi fêter le printemps pour la langue en le servant avec davantage d’Elsasserditsch.

R.M.


Date de création : 10/03/2024 15:22
Catégorie : Publications - Leitàrtikel
Page lue 514 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !